Contactez directement un chef de projet français sur Berlin au 0049(0)30 994048 16

Origine de la galette des rois

Origine de la galette des rois

 
La galette des rois a été attendue patiemment par tous les gourmands du monde entier. Maintenant que vous avez savouré cette fameuse galette à la frangipane, savez vous quelle est son origine? Que représente la fève? Quand la mange-t-on?

Qu’on préfère la galette à la frangipane ou la couronne briochée aux fruits confits, janvier est le mois de la galette des rois. Mais quels symboles se cachent derrière ? D’où vient cette tradition ? Et quid de la fève ? Nadine Cretin, historienne des fêtes spécialisée en anthropologie religieuse (et auteure de nombreux livres), nous aide à découvrir ce qui se cache derrière la pâtisserie.

EN IMAGES >> Galette des rois 2019: notre sélection pour l’Épiphanie

Le 1er dimanche ou le 6 janvier ?

« Jusque dans les années 1960, l’Épiphanie était un jour férié qui tombait le 6 janvier. Le partage du gâteau était souvent célébré le 5 au soir. Mais le Vatican II (1962-1965) a décidé que l’Épiphanie serait célébrée le premier dimanche suivant le 1er janvier. De nombreux pays cependant ont conservé la date originelle du 6 janvier, comme la Pologne. En fait, c’est le partage du gâteau qui est traditionnel. Et il se fait plusieurs fois dans le mois ! »

LIRE AUSSI >> Comment reconnaître une galette des rois artisanale

Religieux ou pas ?

« Le partage de la galette n’a rien à voir avec la religion. Cela faisait partie des célébrations autour du solstice d’hiver, propice aux divinations. Les chrétiens la mangent lors de l’Épiphanie et la célébration des rois mages. Cependant luthériens, calvinistes et certains catholiques se sont opposés à cette coutume païenne, comme le prouve les discours du chanoine de Senlis en 1664, qui n’approuvait pas le côté festif de la galette. »

Une coutume ancienne

« Il est difficile de ne pas faire le lien avec les Saturnales de l’époque romaine : un roi était élu et donnait des gages. Aucun côté orgiaque à cela, mais plutôt domestique. Durant ces fêtes, au moment du solstice d’hiver, maîtres et esclaves étaient sur un pied d’égalité et tout le monde mangeait à la même table. C’était dans l’idée de revivre l’Âge d’or [ou l’éternel printemps]. À noter : certains prétendent qu’un condamné à mort était élu puis sacrifié après les fêtes. Or c’était le cas à Babylone, pas à Rome. »

Le « roi boit »

« L’élection d’un roi ou d’un gagnant remonte au moins aux Saturnales romaines. La coutume du ‘roi boit’ a été attestée dès le XIVe siècle. Et ‘tirer un roi’ était commun dès le Moyen-Âge, le 5 janvier. Normalement, celui qui trouvait la fève devait payer sa tournée à la tablée. Certains prétendent que les plus avares avalaient la fève afin de ne pas débourser d’argent. C’est ainsi que serait née la fève en porcelaine, pour que le ‘roi’ craigne de l’avaler. »

« Le roi de fantaisie apparaît aussi lors du Carnaval, pour l’avènement du printemps. »

translate